Massieucitylieudevie

Un site utilisant unblog.fr

 

quand on a 17 ans 21 août 2017

Classé dans : film — massieucitylieudevie @ 21 h 38 min

qd on a 17 ansce que j’ai appris en lisant les critiques sur ce film qui m’a remué

André Téchiné avait envisagé de porter à l’écran le livre d’Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule (livre qui m’a bouleversé). Le film témoigne de cette tentation sans suite. Violence et harcèlement en milieu scolaire, honte sociale et désirs troubles scandent l’histoire de Damien, le fils à maman, petit-bourgeois blanc, et de Tom le métis, enfant adoptif de fermiers montagnards. Le film porte aussi la griffe de sa coscénariste, Céline Sciamma, auteur de Tomboy, experte de la confusion adolescente et de la quête de soi. Mais au-delà de ces cousinages, nous sommes bien chez Téchiné, de la première à la dernière image. C’est bien son mélange de romanesque et de sensualisme. La délicatesse de son regard sur la brutalité des gestes ou des événements. Quand on a 17 ans raconte, en trois trimestres, le parcours de ces deux lycéens qui se frappent sans trop savoir pourquoi, du moins au début. Si l’homosexualité de Damien se précise peu à peu, Tom reste opaque, y compris pour lui-même. Malgré quelques scènes sur le fil (et peut-être trop d’événements), ce film est le plus vibrant de son auteur depuis Les Témoins, en 2007. Sandrine Kiberlain s’approprie en virtuose son personnage de mère rêvée : ce médecin qui exerce une autorité intellectuelle et morale tout en débridant sa fantaisie et son charme le soir à la maison. Ses deux formidables partenaires, Kacey Mottet Klein et le débutant Corentin Fila, sont dirigés à la perfection. Une marque de fabrique du réalisateur depuis des décennies. — Louis Guichard

 

a voir

 

 

le ciel attendra

Classé dans : film — massieucitylieudevie @ 21 h 33 min

le ciel attendra« Le ciel attendra » est le portait de deux adolescentes. Il y a Mélanie, 16 ans, qui vit avec sa mère. Au départ, c’est une jeune fille comme les autres. Elle aime étudier, ses amies et jouer du violoncelle. C’est une idéaliste qui aimerait que le monde change. Un jour, elle rencontre un garçon sur internet, qu’elle voit comme son prince charmant. En réalité, elle va peu à peu se fait embrigader par des intégristes de Daech. Sa mère ne s’aperçoit de rien. L’histoire tente de comprendre ce qui se passe dans la tête de son héroïne, pour en être arriver là. L’autre personnage principal est Sonia. Elle a 17 ans. Elle aussi, elle est endoctrinée et va commettre un acte terrible. Le film est réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar, scénariste de « La Première étoile » et qui a mis en scène « Ma Première fois » et « Bowling ». Au casting, Sandrine Bonnaire (« La Dernière leçon ») Noémie Merlant (« DieuMerci ! ») et Clotilde Courau (« L’Echappée Belle »).

Film à voir, à montrer à vos filles, à analyser , à essayer de comprendre, à ne pas comprendre mais juste constater

 

 

Fendre l’armure

Classé dans : lecture — massieucitylieudevie @ 21 h 29 min

fendre l'armure

17 mai 2017 Voici ce que dit Anna Gavalda sur son nouveau livre

« On me demande d’écrire quelques mots pour présenter mon nouveau livre aux libraires et aux critiques et, comme à chaque fois, ce sont ces quelques mots qui sont les plus difficiles à trouver. Je pourrais dire que c’est un recueil de nouvelles, que ce sont des histoires, qu’il y en a sept en tout et qu’elles commencent toutes à la première personne du singulier mais je ne le vois pas ainsi. Pour moi, ce ne sont pas des histoires et encore moins des personnages, ce sont des gens. De vrais gens. Pardon, de vraies gens. C’est une faute que j’avais laissée dans mon manuscrit, « la vraie vie des vrais gens », avant que Camille Cazaubon, la fée du Dilettante, ne me corrige : l’adjectif placé immédiatement avant ce nom se met au féminin. Quelles gens ? Certaines gens. De bonnes gens. Cette règle apprise, je suis allée rechercher tous mes « gens » pour vérifier que tous s’accordaient bien et j’ai réalisé que c’était l’un des mots qui comptait le plus grand nombre d’occurrences. Il y a beaucoup de « gens » dans ce nouveau livre qui ne parle que de solitude. Il y a Ludmila, il y a Paul, il y a Jean (!) et les autres n’ont pas de nom. Ils disent simplement « je ». Presque tous parlent dans la nuit, pendant la nuit, et à un moment de leur vie où ils ne différencient plus très bien la nuit du jour justement. Ils parlent pour essayer d’y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l’armure. Tous n’y parviennent pas mais de les regarder essayer, déjà, cela m’a émue. C’est prétentieux de parler de ses propres personnages en avouant qu’ils vous ont émue mais je vous le répète : pour moi ce sont pas des personnages, ce sont des gens, de réelles gens, de nouvelles gens et c’est eux que je vous confie aujourd’hui.  »

J’ai beaucoup apprécié ses nouvelles, dévoré même, des choses m’ont un petit peu dérangé (comment Anna arrive à se mettre dans un Je masculin, c’est fort mais pas toujours très juste) mais ses histoires m’ont toujours touchées.  Ce livre parle de solitude, ce qui a une résonnance particulière pour moi en ce moment.

 

 

FONDANTS CHOCOLAT – BEURRE SALE 12 août 2017

Classé dans : recette — massieucitylieudevie @ 12 h 04 min

FONDANT CHOCOLAT – BEURRE SALE

2 oeufs

80 grammes de chocolat caramel

80 grammes de beurre salé

60 grammes de farine

50 grammes de sucre

3 carambars à faire fondre avec le beurre et le chocolat

Tout mélanger, 8 minutes au four pour qu’ils soient bien fondant (plutôt des bouchées individuelles)

 

 

a lire 20 juillet 2017

Classé dans : lecture — massieucitylieudevie @ 8 h 11 min

Qu’avons nous fait de nos rêves ?
Que sont nos amis et nos amours devenus ?

Ouessant.
Accoudé à l’embarcadère, un homme scrute la ligne d’horizon.
Dans quelques instants, le ferry va se dessiner dans le lointain et lui apporter ses quatre amis. Le premier est comme son frère, mais il n’a pas revu les trois autres depuis quarante ans.
Le vent fouette son visage ; les mouettes crient ; le jour décline.
Lours’ est-il toujours une force de la nature ? Luce est-elle toujours aussi folle ? Mara ressemble-t-elle encore à celle qui l’avait ensorcelé, autrefois?
Et lui-même, comment sera-t-il à leurs yeux ?livre mourlevat

 

 

Mini Muffins santé 27 novembre 2016

Classé dans : recette — massieucitylieudevie @ 13 h 36 min

Piquée dans le livre de recette : on mange quoi ce soir ? REcette testée et approuvée

Pour 30 mini pièces : 2 pommes (ou plus), 50 g de flocons d’avoine, 100 g de farine complète, 1 sachet de levure, 100 g de sucre roux, 1 cuil à café de vanille liquide, 2 œufs, 10 cl d’huile de colza, cassonade et fleur de sel

Four à 180 °c

pelez les pommes et rapez les

Dans un saladier, mélangez les flocons d’avoine , la farine complète, la levure, et le sucre, la vanille, les œufs et l’huile de colza Ajoutez les pommes rapées

Versez dans le mini moules, soupoudrez de cassonade, et de quelques grains de sel

Faites cuire au four pendant 15 minutes, faite plusieurs fournées .. Congelez les, dégustez les, offrez-les, faites en une orgie !!

 

 

 

 

DAnser sous la pluie ..

Classé dans : articles recents — massieucitylieudevie @ 13 h 31 min

affiche-danse-pluie

 

 

désarroi 20 novembre 2016

Classé dans : boudhisme et reflexion — massieucitylieudevie @ 17 h 01 min

J’éprouve face à la vie un grand désarroi. Bien sur, il faut accepter toutes les difficultés de la vie pour en éprouver parfois des moments d’accalmie.  Mais sans cesse, affronter les grains de sables, même mineurs, demande une énergie que tout le monde ne possède pas.  Et je ne parle pas des gros cailloux qui obstruent notre passage, ces grosses tempêtes qui nous mettent ko, et nous embarquent au delà des souffrances  .

Ces grains de sables, ce sont les ratages quotidiens, les mises à jours technologiques incompréhensibles, les broyages administratifs incongrues, les incompréhensions amicales ou familiales, les ruminations incessantes et non maîtrisées malgré mes techniques de yoga ou de méditations. Ce sont ces rendez vous manqués, ces tendresses avortées, ces non-dits nauséabonds, ces besoins ou désirs inavoués.

La vie nous broie, mais pas tous. J’envie ceux qui ne sont que légers , qui affrontent la vie avec le sourire, qui savent dire que rien n’est grave, que tout est bonheur, que le plus important c’est de vivre, de rire , d’être ensemble. C’est tellement vrai. Mais ce gêne là, de voir la vie du bon côté, ce gêne de l’optimisme et de la  confiance, ne peut pas s’inoculer , il faut le posséder à la naissance tel un don. Ou essayer de l’acquérir  au fil des années mais je ne suis pas sûre d’y arriver.

 

 

pour le dimanche soir

Classé dans : musique à écouter ou découvrir — massieucitylieudevie @ 16 h 09 min

https://youtu.be/78_JKdz-3Kk

 

 

petite pensée du soir, bonsoir …. 6 novembre 2016

Classé dans : articles recents — massieucitylieudevie @ 18 h 50 min

Lucas vient de me dire :

La terre est une Ile de l’espace ..

N’est ce pas joli ? terre

 

 

 

12345...29
 
 

Mysupercrazyheaven |
Tamaloubastien |
Slimstocks |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carogrosbidou
| Akaiiria
| Wejustneedanswers